Carbon dating of the turin shroud

Des taches d'eau latérales et centrales en forme de losange (notamment celle au niveau des genoux) sont également bien visibles nu, avec ses mains croisées sur le pubis. L'avant et l'arrière de la tête se joignent presque au milieu de l'étoffe ; les vues correspondent à la projection orthogonale d'un corps humain.

Les taches peuvent être interprétées de la manière suivante : celles autour du cuir chevelu suggèrent des taches de sang provoquées par une couronne d'épines (ou plutôt un casque d'épines dures, enfoncées violemment.

Trente ans plus tard, son successeur en arrive à la même conclusion.

Cependant, en 1390, l'antipape Clément VII, qui est un parent de la propriétaire du linceul Jeanne de Vergy, publie une bulle autorisant l'ostension, mais à condition que l'on avertisse les fidèles « à haute et intelligible voix » que « ce n'est pas le vrai suaire qui a recouvert le corps de Jésus-Christ », mais seulement « une figure ou représentation de ce suaire ».

Certains croyants la vénèrent comme une relique insigne, le « Saint-Suaire ».

La première mention documentée et non contestée de ce drap provient de Lirey, en Champagne, en 1357.

Search for carbon dating of the turin shroud:

carbon dating of the turin shroud-53carbon dating of the turin shroud-85

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

One thought on “carbon dating of the turin shroud”